Soi coma ‘n ipopotam ensorrat dins la baldra

“Dès demain je retournerai suivre mon cours de linguistique. C’est le jour, demain, du cours de linguistique. J’y serai, invisible parmi les invisibles, silencieux et attentif dans l’épais brouillard de la vie ordinaire. Rien ne pourrait changer le cours des choses, monsieur. Je suis comme un train qui traverse tranquillement une prairie et que rien ne pourrait faire dérailler. Je suis comme un hippopotame enfoncé dans la vase et qui se déplace très lentement et que rien ne pourrait détourner du chemin ni du rythme qu’il a décidé de prendre.” – Roberto Zucco, B-M. Koltès

Dès deman m’entornarai seguir mon cors de linguistica. Deman es lo jorn del cors de linguistica. I serai, invisible entre los invisibles, suau e atentiu pel fum espés de la vida ordinària. Res poiriá cambiar lo cors del mond, sénher. Soi coma ‘n tren que dapasset passa per ‘na prada, e que res no poiriá far desralhar. Soi coma ‘n ipopotam ensorrat dins la baldra e que res no poiriá desviar fòra del camin e del ritme qu’a decidit de prendre.

Fins ara aviái curosament evitat tot contacte amb l’obra de Bernard-Marie Koltès. Coneissi pauc d’el, e malgrat el nombre de pèças dramaticas que vesi, encara ai de veire una seuna. Manquèri Lo Retorn al desert al mes de genièr ont auriái volgut veire Adama Diop. E las doas autras produccions me fasián pas tant enveja, a tort mai que probable. Mas M-B. Koltès a trobat lo biais de ieu. Èra Cap d’an, e per internet vegèri passar un article sus un afar que m’interèssa, qu’es lo ròtle de l’art dramatic dins la replicacion de las discriminacion. Soi d’aqueles que pensèm que la finalitat primièra de l’art dramatic es la justícia. Lo tèxt es trach d’un entreten dins Masques, al 1r trimèstre de 1984, e tracta de Cai oèst

 «Je trouve que le rapport que peut avoir un homme avec une langue étrangère ­ tandis qu’il garde au fond de lui une langue “maternelle” que personne ne comprend ­est un des plus beaux rapports qu’on puisse établir avec le langage ; et c’est peut-être aussi celui qui ressemble le plus au rapport de l’écrivain avec les mots.» – M-B. Koltès

Tròbi que lo raport qu’un ome pot aver amb una lenga estrangièra, mentre que garda al fons d’el una lenga “mairala” que degun comprend pas es un dels raports mai bèls que se pòscan establir amb lo lengatge; e es tanben benlèu lo que retrai mai lo rapòrt de l’escrivan amb los mots

Tot segur l’interrogacion de Koltès es mai que linguistica, e mai pas brica. Pr’aquò interpèla. E m’agradariá de plaçar mas magras reflexions, vagament linguisticas, a l’ombra de sa pensada.